Evaluation des actions Microfel à Madagascar de 2003 à 2013

Audit réalisé par Marie Jackline  RASOANANDRASANA
Auprès des groupements de producteurs d’Ifatsy
Objectif général

•  Dresser un bilan des acquis des paysans et des évolutions après 12 ans d’intervention de Microfel.
•  Identification les forces et faiblesses des actions mises en œuvre
•  Mise en perspective de la poursuite des actions.

Objectifs initiaux :
–  Diversification des cultures, améliorer l’efficacité du travail
–  développement des activités nouvelles génératrices de revenus,
–  sécurisation alimentaire et amélioration de l’équilibre nutritionnel,
–  organisation économique et professionnelle du milieu agricole.

 

Résultats attendus :
–  augmentation des rendements en riz; diminution de la période de soudure,
–  consommation plus régulière de légumes par les ménages et adoption de nouveaux légumes dans l’alimentation,
–  approvisionnement des marchés ; accroissement des revenus des paysans,
–  structuration de la filière maraîchère et des groupements de paysans,
–  adoption de techniques nouvelles et intégration de la culture attelée pour optimiser le travail.

Projet de diversification à Ifatsy
Résumé

La diversification de cultures est une réussite
• Beaucoup des membres s’exercent au maraichage. (75 membres)
• Aux alentours, des non-membres font aussi cette activité et ceux qui ont quitté l’Association continuent chez eux la plantation des légumes.
• La riziculture améliorée progresse lentement avec augmentation des rendements.
• La réfection d’un barrage et la construction de puits permet maintenant d’arroser les légumes sur des terrains situés hors zones inondables.  


Pertinence de l’intervention, en termes de nutrition et d’approvisionnement du marché.
• La consommation des différents légumes devient régulière et les ventes progressent.(60à 80%)
• Les bénéficiaires s’estiment en meilleure santé. Fait constaté par l’Office National de la Nutrition.
• Lorsque la technique de riziculture améliorée est pratiquée, la période de soudure est réduite de 1 à 2 mois.
• Après quelques défections, le nombre de paysans membres des groupements augmente à nouveau et un groupement s’est constitué dans une autre commune.
• D’autres paysans voisins apprennent aussi « par-dessus la haie » et appliquent les techniques nouvelles.

Limites de l'étude


•   Réduite aux seuls membres
•   Peu d’avis extérieurs
•   Pas d’analyse des revenus et de la rentabilité

Conclusions

Recommandations


•   Poursuite des équipements
•   Formation économique
•   Relations commerciales
•   Diversification
•   Échanges intercommunaux
•   Gestion de l’offre et connaissance de la demande

Matrice SWOT de la filière
Perspectives
  • Produire davantage afin que les vendeurs de légumes de Vohipeno achètent en quantité suffisante et régulière la production des paysans. C’est aux groupements d’y voir leur intérêt. Prévoir une formation gestion commerciale.

  • Faire un site vitrine pour inciter les paysans à produire : c’est le rôle du site de démonstration Microfel d’Ambohimiadana ; à reproduire ailleurs ?

  • Renouveler les membres de bureau des associations existantes. C’est aux membres de décider

  • Collaborer avec la commune à mettre en place des sous groupes « antennes » par fokontany (village) et garder un organisation suffisamment grande pour être représentative auprès des autorités et autres  intervenants.

  • Réorganiser la structure ou le mode de travail (Ex : Extension des parcelles à cultiver : c’est le problème des producteurs eux-mêmes : aucune limite n’a été imposée)

  • Formation pour les nouveaux groupements et renforcement des capacités pour les anciens : c’est toujours d’actualité

Puits
21  puits réalisés en 2012 et 2013 :
21 puits supplémentaires demandés : approvisionnement en futs pour 12 puits fait en octobre 2013;
réalisés à partir de mai 2014 à la fin de la période pluvieuse.
Un intérêt est également perçu pour un usage domestique pour faciliter le travail des femmes.

Appui aux équipements et techniques

Barrages
La réfection de la digue et du déversoir à Anambotaka permet maintenant de pratiquer la riziculture améliorée dans ce site. Il reste à rehausser un peu la digue pour qu’elle joue pleinement son rôle en cas de fort cyclone.
D’autres barrages ont besoin d’une réhabilitation.

Charrues

  • 2 charrues Kassine achetées : pour Mandroso, et pour FTTFI. Une formation a été dispensée ; quelques personnes savent s’en servir.

  • 2 Zébus : Les rares zébus des membres ne sont pas dressés. Un 3è est prévu . Ils sont en cours de dressage par André et Thor.

Brouettes

  • 8 brouettes seraient en fonction (5 FTTFI ; 3 Mandroso); Elles servent surtout pour le transport des fardeaux lourds

  • « Quelquefois, la brouette joue le rôle d’ambulance aux paysans : ramener les malades jusqu’au centre de santé de base le plus proche ou la femme qui va s’accoucher à l’hôpital » :  Usage inattendu, très intéressant mais problème de participation des membres et de fabrication

Tables de semis

  • 7 tables réalisées : formation à la confection assurée par André

  • Les volailles ne ravagent pas les graines semées.

  • Le suivi est très facile et les membres n’ont pas trop de temps perdu

  • Donne de jeunes plants de qualité.

Greniers communautaires (GCV)

Le groupement FTTFI a été le premier à réunir la participation nécessaire pour permettre la contribution Microfel.  La commune a apporté une participation financière sur ce grenier. Le bâtiment sur un terrain affecté par la Mairie.

 Pour le groupement Mandroso, la collecte des participations financières pour la construction est en cours; le terrain est choisi : construction prévue pour 2014.

Le grenier représente  une caisse de prévoyance entre les membres surtout pour des événements importants survenus pour chacun. Les non-membres peuvent, par solidarité, bénéficier aussi de ce prêt en nature sous tutelle d’un membre. L’utilisation du grenier augmente progressivement en fonction de leur capacité de gestion.

• « Cela donne beaucoup de progrès  dans la vie des paysans. Leur revenu augmente petit à petit au moment  de la récolte ».
• « Avant Microfel, les paysans vendaient du riz à chaque évènement très important de la famille ou de la nation. Actuellement, grâce à cette petite  source de revenus, due  au maraîchage, cette vente de riz est devenue rare ».

•   Impact sur l’alimentation et l’utilisation dans les repas des familles

De nouvelles espèces de légumes sont introduites dans l’alimentation des ménages. « Avant Microfel, les gens ne mangeaient que des feuilles de manioc, de patates et des brèdes sauvages. »
« Actuellement, ils ont habiles à récolter des légumes dans ses parcelles. Une amélioration au niveau des repas est constatée grâce aux multiples légumes qu’ils consomment ».

•   Mode de Consommation
 -Les gens mangent les légumes en accompagnement du riz.
 -Les membres appliquent les séances culinaires qu’ils ont apprises
 -Les femmes savent quels légumes on peut mélanger pour une cuisson, ou ceux qu’on peut consommer crus.


•   Effet nutrition et santé
 -Les membres affirment que la famille qui mange beaucoup de légumes n’est pas trop malade.
 -Les légumes apportent à l’alimentation de la famille une nutrition variée.
 -Les gens se sentent plus vigoureux
 -Les jeunes enfants sont plus lourds  (selon les suivis mensuels de l’ONN)


« Actuellement, ils ont habiles à récolter des légumes dans ses parcelles. Une amélioration au niveau des repas est constatée grâce aux multiples légumes qu’ils consomment ».

Riziculture
Conséquences
  • Pas d’inventaire des surfaces et des productions (non demandée).

  • Deux récoltes par an :

    • Vary Hosy semé en juin et récolté en  décembre;

    • Vatomandry semé en janvier et récolté en  juin.

  • Extrême variation des rendements en fonction de la climatologie de l’année. Des successions d’inondations et de périodes de sécheresses handicapent fortement cette culture.

  • Le système de riziculture améliorée (SRA) est assez facilement applicable car  il est moins exigeant que le SRI, notamment    en apport d’engrais que les paysans ne peuvent pas et ne veulent pas acquérir,  mais il nécessite de la même manière une bonne gestion de l’eau.

  • C’est ce qu’a permis la réfection du barrage-digue et du déversoir à Anambotaka aidée par Microfel et la fondation AnBer.


Sur ce périmètre de 9.5 ha, la production est passée de 16 t à 37.5 t entre 2012 et 2013: consommée entièrement lors de la campagne 2012, la récolte 2013 a permis de consommer davantage et de vendre 1/3 de la récolte.

Autres cultures

Manioc
Intérêt manifeste pour cette technique. succès reconnu dans la région

  • La démonstration et la formation pour la culture en « basket compost » a été bien suivie.

  • Au lieu de 1 à 3 kg par pied en culture traditionnelle, la production est de 5 à 10 kg par trou,  jusqu’à 25-30 kg en bonne condition.

  • 460 dans le groupement FTTFI , 118 à Mandroso, 439 pour Avotra, sans compter tous ceux que l’on voit dans les environs qui peuvent se chiffrer en centaines.


Moringa: Ananambo

  • Encore peu de plantations chez les membres

  • Arbres isolés ou quelques unités.

  • Une certaine réticence à la suite d’échecs antérieurs sur des sols inappropriés.


La consommation n’est pas encore courante hormis quelques feuilles dans le romazava. Mais la promotion faite par l’ONN et la formation culinaire semble motiver les femmes en particulier pour la santé des enfants.

Quelques évolutions

La production est principalement destinée à la consommation. Mais une certaine évolution se dessine vers le marché.
« Le maraichage est un acquis et, à la longue, ceux qui ont été formés peuvent faire tous seuls »

© 2023 par Martin Consulting. Créé avec Wix.com